Thèses

Valoriser des solutions de captage du CO2 pour décontaminer les sols

Interview de Clara Tosi, pour sa thèse débutée en octobre 2018 et actuellement en cours sur la "Valorisation des solutions de captage du CO2 pour la décontamination des sols"

Quels sont les principaux objectifs /résultats de la thèse ?
Clara Tosi

L’objectif de cette thèse est double. Il s’agit de mettre au point une méthode alternative éco-efficiente de traitement des terres polluées et des déchets inorganiques afin d’en extraire les polluants, en particulier les métaux, tout en valorisant le CO2 issu du captage. Ce CO2 est injecté dans le mélange de terres et de matériaux qui est broyé avec de l’eau et des acides aminés sans l’utilisation d’aucun solvant chimique.

En outre, ces matériaux récupérés seront réutilisés en matériaux de construction, en augmentant en particulier la part de matériau de substitution rentrant dans la composition du ciment.
L’industriel co-financeur de cette thèse, l’entreprise Vicat, fournit les terres polluées, sur le site pilote de la cimenterie de Montalieu près de Lyon.

 

 

Qu’apporte la collaboration avec l’ADEME sur ces recherches ?
C.T.

La collaboration avec le laboratoire CSAp de l’Université de Lyon, l’ADEME et l’entreprise Vicat est ancienne et a débuté au travers du Club CO2. Par ailleurs, pour l’ADEME, au-delà de l’innovation de rupture dans le domaine de la chimie que cette thèse poursuit, il s’agit de mettre en place et valoriser une démarche complète d’économie circulaire.
Aujourd’hui, sur le seul site de la cimenterie de Montalieu, 100 000 tonnes de terres rentrent dans le cycle de fabrication du ciment. Cette démarche effectue une boucle qui permet de récupérer le CO2 du ciment, de nettoyer des terres et de réutiliser in fine des matériaux en substitution de matières premières de carrière.

Comment ont été/seront valorisés les résultats ? Quelles sont les éventuelles suites ?
C.T.

Ce projet est encore très amont : le procédé est encore au stade expérimental, à l’échelle du gramme, et bientôt du kilo de matériau récupéré. L’objectif sera ensuite de développer un pilote industriel de traitement des terres.
Ce procédé montre toutefois un très fort potentiel applicatif, à la fois pour le développement d’une technique alternative aux méthodes existant actuellement pour décontaminer les sols, recycler les métaux polluants et valoriser le CO2 capté.