Terrain

Des microfermes climato-résilientes en Guadeloupe

DES MICROFERMES CLIMATO-RÉSILIENTES EN GUADELOUPE
À Petit-Bourg, l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) expérimente un projet de microfermes Karusmart mêlant tradition et innovation. Un nouveau modèle agricole pour envisager l’avenir plus sereinement.

Sur cette petite exploitation, située à Petit-Bourg, en Guadeloupe, la culture des cannes à sucre et des bananes côtoient celles du manioc, des ananas ou encore de la goyave. Directeur de recherche à l’Institut national de recherche pour l’agriculture et l’environnement (INRAE), Jean-Marc Blazy inspecte les différents plants puis relève les données de la station microclimatique. C’est lui qui est à l’origine de l’installation de cette microferme. Lancé en 2019, son projet “Explorer” mise en effet sur l’association du savoir-faire traditionnel des jardins créoles (diversification des cultures et valorisation des biomasses résiduelles) et des nouvelles technologies (étude des sols, modélisation en partenariat avec Météo France…) pour produire sans produits chimiques.

Une autre agriculture est possible

Lauréate de l’appel à projets de re­cherche “GRAINE”, l’expérimentation est soutenue par l’ADEME. « Nous avons cofinancé la totalité du proces­sus qui ira jusqu’à la formation des agriculteurs et des élus, puis au par­tage d’expériences avec d’autres États de la Caraïbe », explique Christelle Claman, coordinatrice du pôle Terri­toires durables et accompagnement des politiques à l’ADEME Guadeloupe.

Aujourd’hui, les premiers résultats montrent que des solutions perfor­mantes et respectueuses de la nature sont possibles. Pour la Guadeloupe, l’enjeu est de taille. Grâce à ces micro­fermes, l’archipel pourrait développer une production alimentaire variée, lo­cale et saine, et ainsi diminuer le vo­lume des importations alimentaires. Mais pas seulement. Ce nouveau mo­dèle agricole lui permettrait égale­ment de renforcer la résilience des sys­tèmes agricoles face au changement climatique tout en assurant un revenu digne à ses agriculteurs.

1 hectare

suffit pour démarrer une microferme climato-résiliente.

Qui ?

L’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE).

Où ?

À Petit-Bourg, en Guadeloupe

Pourquoi ?

Pour une agriculture durable, résiliente face au réchauffement climatique, qui répond aux besoins alimentaires et économiques de la Guadeloupe.

Quand ?

Expérimentation de février 2019 à février 2022.

Partenaires ?

ADEME, Météo France, Observatoire Régional Énergie-Climat.

A lire aussi dans le magazine