Décryptage

“ En aidant notre industrie à se décarboner, on assure son avenir ”

Sylvie Padilla, responsable du service Industrie – Direction Entreprises et Transitions Industrielles.
Le Fonds de décarbonation de l’industrie, lancé dans le cadre du plan France Relance, constitue une aide massive à l’investissement dans des outils de production moins émetteurs de gaz à effet de serre. Les entreprises ont commencé à s’en saisir. Sylvie Padilla , responsable du service Industrie – Direction Entreprises et Transitions Industrielles, détaille ici ses particularités et ses points forts.

La France est souvent décrite comme largement désindustrialisée : pourquoi consentir un effort aussi important pour faire reculer les émissions de gaz à effet de serre des industries ?
Sylvie Padilla

Parce qu’elles représentent 21 % des émissions françaises (Source : CITEPA) et que, par rapport aux autres secteurs fortement contributeurs comme les transports ou le bâtiment, elles ont la singularité d’être très concentrées : 80 % proviennent d’environ 700 sites. Une action ciblée peut donc avoir un impact global très important. Bien évidemment, la problématique de la désindustrialisation remise en lumière par la crise sanitaire n’est pas étrangère à cet effort inédit. Acier, aluminium, ciment, chimie, verre… les activités concernées sont fortement liées au marché du carbone et certaines de leurs infrastructures sont vieillissantes. En les aidant à investir dans de nou­velles, moins polluantes, l’État vise aussi leur pérennité. Et celle de toutes les filières aval qui utilisent leurs produits : biens de consommation, construction, transport, etc.

Leur compétitivité ne risque-t-elle pas de souffrir de l’effort environnemental qui leur est demandé ?
S. P.

Dans ces secteurs fortement capitalistiques, les décisions d’investissements engagent pour des décennies. À ces horizons, l’augmentation du prix des quotas d’émission, comme celui des matières premières, fait peu de doutes. Aussi, la nouvelle démarche initiée dans le cadre de France Relance associe les enjeux de transition énergétique à ceux liés aux procédés de fabrication, hors consommation d’énergie. Dans l’industrie cimentière, la fabrication du clinker, mélange de calcaire et d’aluminosilicates, utilisé comme produit intermédiaire, est particulièrement émettrice : nous soutenons un projet du groupe Vicat visant à le remplacer par des argiles, qui seront aussi moins coûteuses. Dans d’autres cas, c’est l’utilisation de matériaux recyclés qui s’avère intéressante écologiquement et économiquement.

L’efficacité du dispositif dépend toutefois de l’adhésion des industriels : ont-ils répondu présents au premier appel à projets ?
S. P.

73 dossiers ont été déposés, dont 32 se sont finalement partagé 97 M€ d’aides, pour 466 M€ d’investissements. Ces chiffres montrent qu’il s’agit de projets d’envergure, qui doivent permettre d’économiser 410 600 tonnes de CO2 par an soit, en moyenne, 12,5 % des émissions des sites concernés. Un appel à manifestation d’intérêt a été mené en parallèle pour préparer un deuxième appel à projets centré sur les procédés de fabrication. Plus de 125 propositions nous ont été transmises, pour des investissements estimés à plusieurs milliards d’euros. Ce deuxième appel à projets a depuis été lancé avec une première période de candidatures qui s’est terminée le 17 mai dernier. 57 dossiers ont été reçus pour un montant d’investissements de plus d’un milliard euros. La seconde phase de candidature se clôturera le 14 octobre 2021. Dans les régions, des chargés de mission ADEME accompagnent les industriels dans la définition de projets les plus ambitieux possible, activant l’ensemble des leviers de décarbonation éligibles.

Un appel à projets séparé soutenait les projets de chaleur bas carbone. A-t-il connu le même succès ?
S. P.

Ce type de projets étaient déjà soutenus par le  Fonds Chaleur pour des installations de production de chaleur à partir de biomasse. La nouveauté c’est de proposer, en complément de l’aide à l’investissement, une aide au fonctionnement pour compenser en partie l’écart des coûts entre la chaleur ainsi produite et une solution fossile alternative sur quinze ans. C’est un nouvel argument, décisif : 38 projets ont pu être soutenus, représentant un investissement de 380 M€, pour 110 M€ d’aides à l’investissement et 182 M€ d’aides au fonctionnement. Le 17 mai, 23 nouveaux dossiers ont été reçus, pour 82 millions d’euros d’aides à l’investissement et 100 millions d’euros d’aides au fonctionnement.

De nouveaux outils sont-ils en préparation ?
S. P.

Nous sommes en train de construire, pour 2023, des plans de transition sectoriels avec les industriels des neuf secteurs les plus intensifs en énergie (acier, aluminium, verre, ciment, éthylène, chlore, ammoniac, papier/carton et sucre) dans le cadre du projet Finance ClimAct. Les premiers résultats de ces travaux confirment la nécessité d’investir massivement (présentation des résultats du Plan de Transition Sectoriel du Ciment début juillet 2021 – webinaire “Les Rencontres de la Transition Industrielle”). Les technologies actuellement mâtures ne suffiront pas à atteindre les objectifs de la Stratégie nationale Bas Carbone à 2050. Il faut aussi amplifier le soutien public à l’innovation, pour identifier et démontrer la faisabilité de solutions de rupture. Ce qui n’enlève rien à l’urgence de déployer massivement les solutions existantes. Sous quelques semaines, le Gouvernement doit définir sa nouvelle feuille de route pour décarboner l’industrie. L’ADEME lui apporte toute son expertise et sa connaissance des ressources disponibles ou… à inventer.

1,2 milliard d’euros

de soutien à l’investissement sur 3 ans

– 12,5 % d’émissions

attendus en moyenne pour les premiers sites soutenus

A lire aussi dans le magazine