Terrain

L’économie circulaire dans les mailles du filet

L’économie circulaire dans les mailles du filet
L’ADEME soutient deux projets innovants qui visent à limiter la pollution provoquée par les filets de pêche abandonnés et à inscrire le secteur de la pêche dans une logique d’économie circulaire.

Ce jour-là, sur le port de Martigues, plusieurs filets de pêche endommagés gisent sur les quais. Il y a quelques années, ces déchets encombrants auraient été jetés au pied des poubelles, stockés en déchèterie pour être enfouis ou incinérés. Grâce à l’initiative de l’Association pour la pêche et les activités maritimes (Apam) menée dans une quinzaine de ports en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, ils seront expédiés en Espagne, où l’entreprise Sea2see les transformera en montures de lunettes. En 2020, 100 m3 de filets ont déjà été collectés.

La high-tech contre la pollution marine

Pendant ce temps, la société Collecte Localisation Satellites (CLS) expérimente dans le Var la mise en place, sur les filets, de balises connectées par satellite. Ce dispositif permettra aux pêcheurs de géolocaliser leurs filets plus rapidement et de passer moins de temps en mer. Ils économiseront donc du carburant et limiteront leur impact carbone. Cette géolocalisation permettra aussi de réduire le nombre de filets fantômes perdus en mer, sources de pollution et véritables pièges pour les espèces marines. La technologie, qui répond à un enjeu international, pourra être commercialisée dès 2022.

Une seconde vie pour les filets

« L’ADEME a choisi de financer ces deux projets, très différents mais complémentaires, d’une part parce qu’aucune filière n’existait pour ce type de déchet, et d’autre part parce que cela permet d’impliquer les professionnels de la pêche dans une gestion durable de leur espace maritime », souligne Bernard Vigne, coordinateur du pôle Économie circulaire et déchets en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Qui ?

ADEME Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Où ?

Sur le port de Martigues et en mer

Pourquoi ?

Réduire la pollution marine, préserver la biodiversité et inscrire la filière pêche dans une logique d’économie circulaire.

Quand ?

En 2020

Partenaires ?

L’Association pour la pêche et les activités maritimes (Apam), Sea2see, fabrique de lunettes à partir de déchets plastiques marins, Collecte Localisation Satellites (CLS).

A lire aussi dans le magazine