Dossier

Cambrésis Emploi : dialogue à tous les étages

La maison de l'emploi de Cambrai
Du diagnostic au plan d’action, la Maison de l’emploi de Cambrai casse les silos pour booster la rénovation énergétique des logements et l’accès à l’emploi dans son territoire.

À l’échelle nationale, la rénovation énergétique des logements constitue un objectif phare de la transition écologique tout en représentant un important vivier d’emplois pour l’avenir. Mais qu’en est-il « en vrai » dans les territoires ? Et comment passer de la prospective à l’action pour atteindre les objectifs environnementaux tout en réduisant le chômage ? C’est à ces questions que tentent de répondre plusieurs acteurs du Cambrésis (Hauts-de-France) à travers une démarche novatrice engagée en 2019 avec la méthode SDP, pour Support au dialogue prospectif. « Le principe de cette méthode est d’interconnecter les perspectives du marché [le parc de logements à rénover] et les emplois/compétences en bâtissant des scénarios partagés entre les acteurs des deux univers, résume Nicolas Lebrun, chargé de mission au sein de Cambrésis Emploi, la maison de l’emploi de Cambrai. L’approche SDP permet de travailler sur des données réalistes et adaptées aux spécificités du territoire. »

Stimuler le marché de la rénovation des logements

Depuis l’automne dernier, le plan d’action qui découle de cette phase exploratoire est en cours de déploiement. Également coconstruit avec les acteurs et les élus du territoire, il poursuit deux objectifs principaux : stimuler le marché de la rénovation des logements, du petit tertiaire et du patrimoine des collectivités d’une part et favoriser la montée en compétences en matière de rénovation énergétique du bâti et l’accès à l’emploi des habitants d’autre part. Parmi les mesures initiées figurent notamment la mise en place d’un guichet unique de l’habitat pour conseiller et accompagner les habitants du territoire dans leurs projets de rénovation de leur logement ainsi qu’un projet de réhabilitation de 5 000 maisons construites dans les années 1970, en proposant à leurs propriétaires des travaux plus accessibles financièrement. « Sur l’axe emplois/formation, nous menons une opération baptisée “Bâtis ton projet” pour renforcer l’attractivité des professions du bâtiment au moyen d’ateliers de mise en situation, bien plus immersifs que les vidéos de présentation habituelles », expose Nicolas Lebrun.

Un dispositif de formation intégrée au travail

Depuis le début de l’année, une centaine de personnes ont participé à ces ateliers et 80 % d’entre elles ont déclaré qu’elles souhaitaient poursuivre dans cette voie. En fonction des cas, elles pourront intégrer des chantiers d’insertion par l’activité économique, un parcours d’alternance ou être orientées vers des formations qualifiantes proposées par le programme régional de formation. « Cet été, nous avons également mis en place un dispositif de formation intégrée au travail à l’intention des salariés de plusieurs petites entreprises du bâtiment. L’enjeu était de renforcer les relations entre les différents corps d’état autour de la thématique de l’étanchéité à l’air. Le format a séduit les participants et nous allons renouveler l’opération dans les mois qui viennent dans le cadre de la construction d’un collège », précise Nicolas Lebrun.

A lire aussi dans le magazine