Dossier

L’arbre en ville : une solution d’adaptation fondée sur la nature

L’ARBRE EN VILLE  : UNE SOLUTION D’ADAPTATION FONDEE SUR LA NATURE
La végétalisation urbaine permet de limiter les îlots de chaleur et favorise la résilience face au changement climatique. Mais, l’arbre présente aussi de nombreux autres avantages pour
rendre nos villes plus durables et mieux armées face aux crises.

Jeudi 18 février 2021 : sur la plaine de Templemars, une commune de la métropole de Lille, les élèves de l’école primaire Dolto-Pasteur plantent arbres et arbustes. Ils sont rejoints le week-end par les habitants du quartier. En tout, près de 3 000 jeunes plants de plusieurs espèces locales ont été plantés sur 1 000 m2, face à l’école. Une initiative qui s’inscrit à la fois dans l’objectif métropolitain : planter 20 000 arbres durant le mandat municipal, et dans celui de la Région : 1 million d’arbres en Hauts-de-France, en trois ans. Ces actions sont le fruit des efforts déployés depuis 2012 pour démontrer aux collectivités les bénéfices de l’arbre en ville. Les dernières canicules estivales ont aussi joué un rôle déclencheur. « La plupart des collectivités ont aujourd’hui compris qu’un arbre n’avait pas une simple vocation ornementale ou paysagère, mais offrait une palette de services écosystémiques permettant de répondre aux crises climatiques comme aux menaces sur la biodiversité, se réjouit François Boisleux, animateur Énergies renouvelables, qualité de l’air et adaptation au changement climatique à la direction régionale des Hauts-de-France de l’ADEME. Il est indispensable de conjuguer politique de gestion durable et intégrée des eaux pluviales et politique de plantation. » L’arbre peut ainsi exprimer tous ses intérêts : stockage du carbone, refuge de nombreuses espèces, qualité de l’air, infiltration des eaux pluviales, lutte contre les îlots de chaleur urbains, bien-être des habitants, production de bois énergie… « Planter des arbres est une solution d’adaptation fondée sur la nature », explique l’animateur. Du haut de leurs 10 ans, les forestiers en herbe de Templemars travaillent pour les générations futures.

Trois outils à destination des collectivités
  1. ARBOClimat. Avec son guide et sa plaquette, cet outil d’aide à la décision, développé initialement par l’ADEME et la Région Hauts-de-France, permet de réaliser des scénarios de plantation et d’estimer les services rendus.
  1. Sesame, développé par Metz Métropole et le Cerema, pour choisir et associer les essences adaptées en fonction des services souhaités et des contraintes locales.
  2. Barème de l’arbre.
    Issu de la coopération d’arboristes et d’élagueurs avec le Conseil d’architecture d’urbanisme et d’environnement de Seine-et-Marne, cet outil permet d’évaluer la valeur économique d’un arbre,
    afin de mieux préserver le patrimoine arboré.

 

A lire aussi dans le magazine