Expertise

Augmenter la résilience des territoires

Confrontés à des crises multiples (climatique, sanitaire, économique, sociale…), les territoires français doivent construire leur capacité à s’adapter, à s’organiser et à rebondir. Une résilience que l’ADEME accompagne avec de nombreux programmes présentés ici.

Un territoire résilient, c’est un territoire capable d’anticiper des perturbations, qu’elles soient brutales ou lentes, d’en absorber les effets, de se relever et de rebondir grâce à l’apprentissage et l’innovation pour, enfin, évoluer vers un nouvel état plus équilibré, décidé et construit collectivement. Renaturer des friches urbaines, massifier la rénovation énergétique des bâtiments, développer la production d’énergies renouvelables, privilégier les mobilités actives… de nombreuses actions menées dans le cadre de la transition écologique embarquent également le développement de capacités de résilience face aux crises. 

L’exemple des projets alimentaires locaux

La clé de la résilience réside sans doute dans l’aspect concerté et global de la dynamique, qui doit procurer à tous les acteurs d’un territoire une capacité d’adaptation continue. L’ADEME a par exemple conduit deux études sur la résilience alimentaire, dans les Hauts-de-France (nord de la France) et en Provence-Alpes-Côte d’Azur (sud-est). À partir du diagnostic du système alimentaire régional, des scénarios prospectifs à l’horizon 2050 ont pu être construits. Menées à l’échelle régionale, ces études ont embarqué l’ensemble des acteurs locaux, de la production à la consommation. Une approche qui se retrouve également dans le projet testé par la communauté d’agglomération Grand Angoulême (centre-ouest), « Organiser la résilience des systèmes alimentaires territoriaux » – (ORSAT), et soutenu par l’ADEME. Grâce à un tableau de bord de la résilience alimentaire, la communauté d’agglomération a structuré son projet agricole et alimentaire territorial autour de l’enjeu de résilience. Avec à la clé des réalisations concrètes : la création d’une filière locale du blé au pain ou encore celle d’un marché d’intérêt général pour les produits bio et locaux.

Une montée en puissance

La question de la résilience irrigue de nombreux outils proposés par l’ADEME aux territoires, à commencer par la démarche TACCT, destinée à accompagner l’élaboration puis le pilotage de trajectoires d’adaptation au changement climatique. Les référentiels Climat-air-énergie et Économie circulaire intègrent déjà, au sein du programme Territoire engagé transition écologique, les premières actions d’adaptation. Le label associé au programme offre aux collectivités un accompagnement global pour mieux communiquer auprès des citoyens. Car la résilience d’un territoire se construit à toutes les échelles : de celle de l’individu jusqu’à celle de la planète, au travers de coopérations portées par une volonté commune. C’est tout l’enjeu de l’appel à projets Coop’Ter de l’ADEME, ouvert à tous les acteurs désireux de transformer leurs modes de vie ou de production pour une plus grande résilience de leur territoire. Deux projets pilotes en 2020, tous deux centrés sur l’alimentation, ont ouvert la voie à treize nouveaux projets en 2021, dans des domaines aussi différents que l’énergie, l’inclusion sociale, l’habitat, la mobilité, la culture… Chacun des projets retenus est multithématique, repose sur des coopérations d’acteurs et s’inscrit dans une perspective de développement durable pour l’ensemble du territoire.

Un appel à « communs » pour des territoires résilients

En mars 2021, l’ADEME a lancé un appel à communs inédit pour accompagner le développement rapide de ressources ouvertes (les « communs ») répondant aux grands défis de la résilience des territoires. Grâce aux outils collaboratifs accessibles en ligne, une communauté de plus de 600 utilisateurs s’est constituée, près de 250 contenus ont été proposés et une vingtaine de communs bénéficieront d’un soutien technique et financier. De quoi apporter des solutions innovantes aux nombreux défis que représentent l’alimentation, la mobilité ou encore le rafraîchissement urbain. Mais la résilience territoriale est un enjeu global. L’ADEME réfléchit donc aux opportunités de développer la dimension internationale et partenariale de cet appel à communs.
En savoir plus : le site dédié de l’ADEME