Terrain

Les citoyens du saintois misent sur l’énergie solaire

Projet des Centrales Villageoises par Rhône-Alpes Energie Environnement.
Au sud de Nancy, le Pays du Saintois regroupe 55 communes rurales. Une centaine d’habitants y ont créé une société coopérative pour investir ensemble dans l’installation de panneaux photovoltaïques.

Il était une fois à Ogné­ville, village tranquille, un groupe de citoyens mobilisé autour d’un jardin en per­maculture. Bien décidés à aller plus loin dans leur démarche, ils envi­sagent de développer les énergies renouvelables dans le Saintois. Quelques réunions publiques plus tard, le modèle des Centrales villa­geoises est adopté. Une association est créée en 2018, des groupes de travail organisés, une étude de faisa­bilité réalisée. L’installation de pan­neaux photovoltaïques avec revente d’électricité verte au réseau doit per­mettre à chacun d’apporter sa pierre à la transition énergétique. L’association devient alors une société coopérative d’intérêt collectif (SCIC). « Notre objectif n’est pas de faire de l’argent – la rentabilité est celle d’un livret A –, mais de mobiliser l’épargne dormante des citoyens et de leur don­ner les moyens d’agir à leur échelle pour le climat », explique Loïc Vautrin, ingénieur énergéticien et Président de la société. Les premiers panneaux ont été installés en avril dernier. L’objectif est d’équiper 10 toitures d’ici à fin 2021. Une centaine de sociétaires, dont 16 collectivités, ont rejoint la SCIC, qui continue de recruter.

Une énergie communicative

L’ADEME a contribué au projet en fi­nançant un poste d’animateur pour le développement d’initiatives ci­toyennes, puis en apportant une sub­vention dans le cadre du programme Climaxion. « Le statut de SCIC im­plique que 57,5 % des bénéfices soient réinvestis dans d’autres actions liées aux énergies renouvelables ou écono­mies d’énergie. La SCIC envisage déjà de parrainer un autre collectif. C’est un projet participatif avec une dimen­sion locale et une logique de démulti­plication qui a du sens », assure Ma­thilde Convert, ingénieure Transition énergétique à l’ADEME Grand Est.

Qui ?

Les Centrales villageoises du Pays du Saintois.

Où ?

En Lorraine.

Pourquoi ?

Investir dans l’installation de panneaux photovoltaïques pour participer à la transition énergétique.

Quand ?

Depuis 2017

Partenaires ?

ADEME Grand Est, Région Grand Est, Communauté de communes du Pays du Saintois, Terre de Lorraine, Fonds pour le développement de la vie associative.

A lire aussi dans le magazine