Terrain

Sauver la forêt de Saint-Pierre-et-Miquelon


Depuis 2019, la collectivité territoriale de Saint-Pierre-et-Miquelon s’est engagée dans un projet de sauvegarde de sa forêt boréale, dont elle est la propriétaire quasi exclusive. Cette forêt occupe 12 % du territoire et se dégrade sous le double effet de maladies comme la peste forestière et des dégradations causées par la faune sauvage. La pépinière Arbora’l, installée à Saint-Pierre, a lancé un programme de production des semis pour replanter 25 000 plants d’essences locales d’ici à cinq ans. Ce projet contribuera à limiter l’impact de l’érosion éolienne et à régénérer la seule forêt boréale française localement, ce qui lui vaut d’être lauréat de l’appel à projets Eco Biodiversité de l’Office français de la biodiversité. Il restera à trouver les bonnes solutions pour réduire les dégradations causées par les populations de cerfs de Virginie ou de lièvres introduites sur l’archipel au cours des 120 dernières années. Ces espèces, aux dynamiques démographiques élevées en l’absence de prédateur naturel, sont régulées par la chasse mais de manière insuffisante, ce qui déséquilibre et perturbe le renouvellement complet de la forêt.

A lire aussi dans le magazine