Dossier

Économies en série avec le nouveau Diag Éco-Flux

Eco diag
Dans le cadre d’un nouveau partenariat, l’ADEME et Bpifrance déploient le « Diag Éco-Flux » pour les PME : un accompagnement personnalisé pour réduire sa facture énergétique et sa production de déchets.

En juin dernier, l’ADEME et la Banque publique d’investissement (Bpifrance) ont lancé un nouvel outil : le Diag Éco-Flux. « Cette prestation de conseil sur mesure est menée sur site par des bureaux d’études spécialisés en optimisation des flux. Leur mission : identifier des mesures concrètes, faciles à mettre en œuvre et sources d’économies dans quatre domaines : énergie, eau, matières et déchets », détaille Éric Darlot, ingénieur à la cellule Mobilisation des entreprises de l’ADEME. Un an après ce premier diagnostic, les experts sont de retour dans l’entreprise pour un suivi et un bilan des premières actions déployées.

Un partenariat « gagnant-gagnant »

Financé par l’ADEME et opéré par Bpifrance, le Diag Éco-Flux est subventionné à hauteur de 75 % en 2021. Le « reste à charge » pour l’entreprise oscille entre 1 000 et 1 500 euros selon sa taille. Un investissement vite rentabilisé pour Aeva, entreprise des Hauts-deFrance spécialisée dans l’électrothermie. « Nous avons mis en place des rideaux anti-courants d’air sur les portes dans l’atelier de fabrication », raconte le directeur, Laurent Nanet. Résultats ? Une économie de 2 500 euros sur le chauffage, soit un gain d’énergie de 19 %. « Aujourd’hui, nous poursuivons nos efforts en réalisant une analyse du système d’éclairage de nos locaux », poursuit-il. « Notre objectif est de convaincre 300 PME en 2021 et 900 d’ici à 2022. Les premiers chiffres confirment que cet outil répond à un besoin », annonce Éric Darlot. Avec le Diag Éco-Flux, l’ADEME remplace et massifie le dispositif « TPE & PME gagnantes sur tous les coûts » en ­s’appuyant sur le réseau commercial de Bpifrance.

Recruter de jeunes talents

Le Diag Éco-Flux n’est pas la seule nouveauté visant à accélérer la ­transition écologique des TPE et PME. L’ADEME et Bpifrance ont par exemple mis en place le volontariat territorial en entreprise (VTE) « vert », en partenariat avec le Ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, pour faciliter le recrutement de jeunes talents sur des missions liées à l’environnement. Ils ont également lancé la seconde promotion de l’accélérateur transition énergétique pour accompagner la croissance des PME dans le domaine énergétique. Ces initiatives illustrent un continuum d’aides destinées à sensibiliser, conseiller, accompagner et financer les PME sur le chemin de la transition écologique. Elles montrent aussi que l’ADEME sait miser sur l’intelligence collective. « L’Agence a tissé un réseau d’acteurs et des partenariats spécifiques pour toucher les entreprises de façon pertinente, adaptée, et intégrer nos dispositifs à ceux qui existent déjà en région », conclut Éric Darlot.

A lire aussi dans le magazine