Terrain

Scénarios pour une mobilité décarbonée en vallée de la Seine


Comment décarboner les déplacements de courte durée (moins de 80 km) des habitants de la vallée de la Seine, un territoire qui s’étend de la grande couronne de l’Île-de-France à la Normandie ? Pour éclairer les choix des décideurs franciliens et normands, le think tank The Shift Project a passé au crible, dans un rapport prospectif, cinq alternatives à la voiture individuelle : le télétravail et la livraison à domicile pour réduire les déplacements, le covoiturage et les transports publics express pour augmenter le taux de remplissage des véhicules et, enfin, le vélo pour réduire les émissions de gaz à effet de serre par habitant et par kilomètre. Trois scénarios ont été établis à l’horizon 2030 : de référence, volontariste et potentiel maximum. Selon le scénario le plus ambitieux, c’est d’abord l’augmentation du vélo, suivie de celle du covoiturage, qui auraient le plus fort impact sur le niveau d’émissions de gaz à effet de serre. « L’un des intérêts de cette étude soutenue par l’ADEME, c’est qu’elle se projette sur 2030, un horizon proche et compatible avec l’action publique, souligne Michel Gioria, directeur régional Île-de-France  de l’ADEME. Cette étude tombe à pic car la décarbonation des transports est un sujet clé pour parvenir à la neutralité carbone en 2050. »

A lire aussi dans le magazine