Terrain

Des poubelles en plastique 100 % recyclé

Des poubelles en plastique 100 % recycle
À Chalon-sur-Saône, Métroplast, une filiale du Groupe Sulo, a trouvé la solution pour fabriquer des conteneurs d’apport volontaire en plastique 100 % recyclé.

Indispensables pour trier nos déchets, les conteneurs d’apport volontaire peuplent nos rues. Mais en quoi sont-ils faits ? En plastique, polyéthylène basse densité (PEBD), pour un rapport poids/robustesse inégalable. Jusqu’à maintenant, il était inenvisageable de dépasser les 50 % de matière recyclée dans leur composition : « On doutait de la résistance mécanique du PEBD recyclé », explique François Brusset, responsable du site Métroplast, qui développe enfin une solution pour créer des conteneurs composés à 100 % de PEBD recyclé.

Tout est dans le mélange

L’entreprise dispose d’une nouvelle installation qui s’appuie sur un système de brassage des plastiques en amont. Car le secret réside dans le mélange des matières. Les conteneurs sont moulés à partir de plastique réduit en particules très fines (micronisation). Pour limiter les défauts et les impuretés, Métroplast a élargi son sourcing (mobilier urbain hors d’usage, canoës, jouets, PEBD de 2e à 4e vie) et installé un mélangeur avant la phase de micronisation. La poudre de PEBD micronisé gagne ainsi en homogénéité et en qualité.

CO2 divisé par deux

Selon François Brusset, l’abandon du PEBD vierge permettrait de « diviser par deux ses émissions de CO2 dues à la transformation du plastique ». Soit 350 t de CO2 par an. De plus, le process améliore la productivité.

Le gain écologique et de productivité est bienvenu pour l’entreprise, au moment où le prix des PEBD augmente. Un atout, donc, alors que les appels d’offres des collectivités sont de plus en plus exigeants sur l’empreinte écologique des conteneurs.

Quoi ?

Métroplast, usine du Groupe Sulo, fabricant de poubelles et conteneurs à déchets.

Où ?

Chalon-sur-Saône, Bourgogne.

Pourquoi ?

Passer de 50 % à 100 % de plastique recyclé dans les nouveaux contenants.

Quand ?

Les premiers conteneurs sont prévus pour septembre 2022.

Partenaires ?

145 000 euros de subvention de l’ADEME sur 400 000 euros d’investissement.

A lire aussi dans le magazine