Dossier

Un atout pour les petites collectivités

Un atout pour les petites collectivités
Si les grandes et moyennes collectivités sont des candidates tout indiquées à la reconversion des friches, les plus petites peuvent également réinvestir leur foncier délaissé en s’entourant des bons partenaires. Démonstration avec la Communauté de communes (CC) du Val de Somme. Interview croisée entre Frédéric Pelletier, directeur général des services de la Communauté de communes du Val de Somme et Emmanuel Teys, animateur territorial à l’ADEME Hauts-de-France.

Quel a été le point de départ de la réflexion sur les friches pour la CC Val de Somme ?
Frédéric Pelletier 

C’est avant tout la volonté politique qui a impulsé les projets en cours, dans le but de développer l’activité économique et de construire des logements autour de Corbie et Villers-Bretonneux, respectivement pôle majeur structurant et intermédiaire du territoire. En 2020, nous avons notamment intégré à notre Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi) les sites répertoriés dans l’atlas des friches réalisé en 2012 par l’Agence de développement et d’urbanisme du Grand Amiénois (ADUGA).

Emmanuel Teys

L’articulation s’est faite au bon moment entre l’agence d’urbanisme et la collectivité. Ce type de partenariat est important notamment pour les petites collectivités sans gros moyens financiers ni grosses ressources en ingénierie, en particulier pour éviter de grignoter la ressource foncière. Il s’agit d’une préoccupation de plus en plus forte dans le cadre de la démarche ZAN (zéro artificialisation nette) qui fixe des objectifs de sobriété. Les friches ne sont plus seulement des contraintes mais bien des opportunités de continuation du développement territorial tout en préservant les terres agricoles.

Qu’est-ce qui a découlé du travail sur le PLUi ?
F. P.

Pour chacune des cinq friches présentes sur notre territoire, nous avons mis en place une orientation d’aménagement et de programmation (OAP) qui fixe les ambitions et la stratégie de la collectivité. C’était le début d’un processus vertueux de gestion du foncier et d’un partenariat avec l’Établissement public foncier (EPF) des Hauts-de-France pour établir un projet d’intervention qui donne du sens à nos friches, autour de projets économiques ou de réserve foncière.

E. T.

La fabrication des OAP est un moment d’échange et de discussion entre les instances du territoire. Elle permet le débat, l’acculturation et la prise de conscience pour définir un projet pour chaque friche, en fonction de son environnement, qu’elle soit déconnectée de la ville ou en plein centre.

À quel moment l’ADEME est-elle intervenue ?
E. T.

Nous pouvons accompagner dès la définition de la stratégie de reconquête des friches et jusqu’aux phases opérationnelles, en accompagnement des études ou des travaux de dépollution. Dans ce cas, la CC a identifié la friche « Mailcott » à Villers-Bretonneux et décidé d’un projet de réhabilitation. Nous avons ensuite financé 70 % du plan de gestion, qui a coûté 35 000 euros.

F. P.

Le site « Mailcott » est une ancienne bonneterie qui s’étend sur 21 600 m². Aujourd’hui, le diagnostic pollution a été remis au propriétaire et à la commune de Villers-Bretonneux, qui s’est rapprochée d’investisseurs locaux pour imaginer un projet de développement économique autour d’activités de services de type hôtel, restaurant et équipements sportifs.

A lire aussi dans le magazine