Innovation

Des navires connectés moins polluants

En Bretagne, un consortium développe une solution de maintenance prédictive des navires qui permettra de diminuer leurs émissions de gaz à effet de serre. Seanatic est financé par l’ADEME dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir.

Entreprise spécialisée dans la construction et l’entretien de navires, Piriou souhaite disposer d’une solution intelligente en mesure de faire des diagnostics rapides et précis. Objectif : réduire les interventions d’urgence à quai, les coûts d’exploitation et les consommations des navires en les maintenant dans un état de fonctionnement optimal.

Une soixantaine de capteurs

Trois PME locales (IoT.bzh, Thalos et Azimut) ainsi que l’Université Bretagne Sud travaillent de concert sur ce projet, baptisé Seanatic. «Un démonstrateur est actuellement en phase de test. Un navire est équipé d’une soixantaine de capteurs de température, de CO2, de vibrations, et de caméras. Ces objets connectés recueillent des données, qui sont envoyées par satellite sur une interface utilisateur puis analysées de manière à détecter tout dysfonctionnement ou comportement de navigation induisant notamment une surconsommation d’énergie», explique Yann Bodéré, directeur général IoT.bzh.

Pour un navire de pêche, ces équipements devraient permettre de réduire les émissions de CO2 de 5 à 10%, en complément d’une réduction des émissions d’autres polluants comme les Oxydes d’azote (NOx). À terme, cette solution sera applicable à tout type de navire.